Animations pour les écoles et stages

Le « Jardin des couleurs » est un cycle d’animations qui vise à transmettre aux enfants (dans un cadre scolaire ou parascolaire) une sensibilité individuelle et collective envers la Nature et les enjeux écologiques d’aujourd’hui. Il a pour particularité de permettre le développement d’un lien privilégié avec la Terre par la découverte de ses multiples richesses et de la source de satisfaction qu’elle peut dès lors devenir. La création de cette relation positive avec la Nature permet aux enfants de la percevoir comme d’autant plus précieuse et leur donnera une plus grande motivation pour faire dès à présent des choix visant à la préserver.

En ce qu’il s’articule sur des activités pratiques, le « Jardin des couleurs » est un vecteur de développement personnel et d’apprentissage en termes de savoir-être, de responsabilisation et d’autonomisation: découverte de soi dans son rapport à la nature (à la terre, aux plantes, aux petites bêtes,…), dans son rapport à l’effort et à l’endurance (jardinage,…), dans son rapport aux autres (coopération, entraide, organisation collective des tâches, partage des récoltes,…) et dans son rapport aux règles de bien vivre (respect d’un lieu, d’un travail, d’un outil,…)

Dans les mêmes perspectives que les animations scolaires, des stages seront proposés à destination des enfants pendant les congés scolaires. Consultez notre site régulièrement pour être tenu au courant.

Pour qui ?

Le cycle d’animations proposé est adapté aux réalités du milieu scolaire. L’âge des participants peut aller de 5 à 12 ans (niveau primaire).

Cadre d’accueil

La permaculture est un art de vivre qui vise à concevoir des habitats humains et des productions agricoles durables, très économes en énergie, respectueux des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant un maximum de place à la nature « sauvage ». C’est dans cette perspective que s’est développé le lieu (devenu projet de vie collective) sur lequel nous accueillons les enfants et leurs enseignant(e)s pour les animations et les stages proposés ci-après. On y trouve donc de grandes parcelles potagères, une serre tunnel, un verger, deux ânes, des pâtures, deux étangs, deux petits ruisseaux et des habitats écologiques. Notre mode de vie inclut une autonomie en électricité (panneaux solaires et éolienne), la récupération des eaux pluviales, l’utilisation de toilettes sèches et l’assainissement des eaux usées grâce à un système de lagunage. Les infrastructures d’accueil sont, elles aussi, minimalistes. C’est la raison pour laquelle certaines activités sont délocalisées pendant les mois d’hiver vers une ferme du village faisant partie du même collectif.

Orientations pédagogiques

Les pédagogies dites « actives » (Decroly, Freinet, Montessori, Steiner,…) sont axées sur une éducation progressive centrée sur l’enfant pour lui permettre une expérience authentique avec le monde réel. Cette approche globale et intégrative des savoirs insiste sur l’importance de l’environnement naturel qui met l’enfant en situation de découverte et le rend acteur de son apprentissage.

A différents endroits dans le monde, des écoles (Outdoor Education) permettent aux enfants de s’épanouir au contact de la nature, où leurs cinq sens peuvent s’exercer. L’environnement devient alors une source intarissable d’explorations scientifiques, mathématiques, poétiques, philosophiques,… et l’agriculture une incomparable leçon d’histoire ! C’est cet ancrage fondateur avec la terre qui inspire la connaissance et le respect de celle-ci. La nature, en ce qu’elle éveille, fait réfléchir, parler et agir l’enfant, a toute sa place au sein du programme scolaire. Des tests standardisés ont par ailleurs prouvé un taux de réussite plus élevé tant en mathématiques qu’en écriture, en lecture et en sciences dans les écoles qui utilisaient l’environnement comme contexte d’intégration des apprentissages (« La psychologie positive à travers les intelligences multiples » / Sophie Hannick et Françoise Roemers-Poumay).

Dans la pédagogie des intelligences multiples au travers des Octofun, on retrouve d’ailleurs la boule d’énergie VITAFUN qui est définie comme l‘intelligence naturaliste, celle qui permet d’être sensible au vivant et de comprendre l’environnement dans lequel l’Homme évolue. Selon le pédagogue Freinet, cette intelligence « naturaliste » participerait également aux développements des habiletés sociales comme le partage ou la coopération. Quand les enfants jouent dehors, ils créent davantage d’opportunités de rencontrer des pairs et de multiplier leurs expériences sociales que s’ils restent à l’intérieur. Par ailleurs, le sentiment d’être infime dans l’immensité de la nature diminuerait l’égo et encouragerait la décentration, et donc l’empathie, ainsi que les comportements d’ouverture aux autres.

Un des principaux piliers de la pédagogie Steiner en cadre scolaire est l’équilibre proposé entre les activités artistiques (le coeur), les activités intellectuelles (la tête) et les activités manuelles (les mains). Une attention toute particulière a été portée à cet équilibre dans la construction des animations présentées ci-après. L’importance accordée aux rythmes du vivant (les saisons, le cycle de la plante, la respiration, etc.) s’y retrouve également.

 

CONTENU DES ACTIVITÉS PROPOSÉES

Les activités décrites ci-dessous sont construites sur le postulat qu’il est essentiel que l’enfant, pour assimiler quelque chose sur du long terme, passe par le ressenti et le vécu, par l’expérience à travers son propre corps.

Développer le lien à la nature et à l’alimentation à travers la réalisation d’un potager:

Il s’agira de créer un potager de A à Z, depuis la préparation d’une parcelle à l’état sauvage brute jusqu’à la récolte des légumes que l’on y aura fait pousser. En jardinant, les enfants comprennent l’interdépendance des éléments et le rythme des saisons ; ils réalisent d’où viennent les aliments ; ils apprennent la patience et la persévérance ; ils s’émerveillent du cycle de la vie ; ils ont le plaisir de déguster leurs propres légumes.

Développer le lien entre la nature et l’alimentation à travers la récolte et les préparations culinaires :

Transformer les aliments, c’est mesurer l’action positive que l’on peut avoir sur ceux-ci en termes de conservation, de saveur et de découverte. La satisfaction que peut apporter le fait de « faire soi-même » en comparaison à l’acte d’acheter, de savoir d’où vient ce que l’on mange. Des recettes et principes élémentaires seront transmis, tout en laissant place à la créativité des enfants et à l’expérimentation.

Développer le lien à la terre et à ses ressources à travers diverses activités créatives :

Pratiquer le Land Art en créant des oeuvres éphémères ; modeler la terre, lui laisser prendre forme sous les doigts ; créer des mobiles nature ; faire sécher des feuilles et les utiliser pour créer un herbier ou réaliser des fresques sur papier ; découvrir la vannerie sauvage ; tester les teintures végétales, bains simples (toiles cadavre exquis) et martelage sur tissu ; créer un moulin à eau, de petits radeaux ; …

Développer une réflexion écocitoyenne en lien avec l’expérience vécue :

A partir d’un histoire que je raconte (inspirée d’un livre ou de mon imagination), on va se poser des questions, réfléchir à ce que l’on fait, pourquoi on le fait, quel impact nos actions ont sur nous-mêmes, sur les autres et sur notre environnement. Approcher des « gros mots » tels que la consommation responsable, l’action citoyenne, les systèmes d’échanges1, l’empathie, solidarité,… Relier l’enfant à son imaginaire et à son ressenti pour faire naître des questionnement, une réflexion tant individuelle que collective.

1